Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mars 2009 5 13 /03 /mars /2009 11:38

Parce que la salle de bain n'est plus seulement le lieu de la toilette, mais qu'elle est devenue un élément important du style de vie, il importe tout d'abord de savoir quelle atmosphère on veut y créer, quel style on veut lui donner !




Alimentation en eau froide et chaude

La pression de l'eau est en général suffisante pour la desserte de tous les appareils, quelle que soit leur disposition dans la pièce. Les canalisations peuvent cheminer en "apparent" ou être encastrées. Cette dernière solution est plus élégante, mais elle exige un travail très soigné afin d'éviter des fuites ultérieures qui détérioreraient les murs.

L'évacuation des eaux usées

Tous les appareils doivent se raccorder à une chute générale ; l'emplacement de celle-ci influence la disposition des appareils. Les chutes uniques existantes (ou à créer), nécessitent des ventilations conformes aux règlements sanitaires. Donc, l'installation d'un WC dans la salle de bains exige le recours à un installateur compétent.
Le cheminement des eaux usées entre chaque appareil et le raccordement à la chute générale imposent une pente minimale qui, doit être de 5 mm par mètre linéaire. Ce sera donc l'appareil le plus haut, le lavabo, qui supportera d'être le plus éloigné de cette chute. En surélevant certains appareils, baignoire ou douche, on améliore la pente d'écoulement, ouvrant ainsi une possibilité d'éloignement de la chute générale.

Un bon chauffage est indispensable

La gamme des systèmes de chauffage pour la salle de bains est très étendue, on trouve aussi bien des convecteurs électiques, des radiateurs soufflants, des radiateurs électriques, des radiateurs à accumulation, que des radiateurs sèche-serviettes. La mise en oeuvre d'un système de chauffage électrique dans la salle de bains, implique des précautions importantes. Tous les appareils doivent être conformes aux normes en vigueur, leur disposition ainsi que leur installation sont soumis à des mesures de sécurité exigeantes.


L'installation électrique

La salle de bains est soumise à des règles de sécurité particulières, la présence d'eau, d'humidité et un sol conducteur aggravent les risques d'électrocution du corps humain. La salle de bains est divisée en trois zones (ou volumes) dans lesquelles les règles d'installation sont différentes en fonction des risques :

Le volume 1 : ce volume est situé du fond de la baignoire (ou du bac à douche) jusqu'à une hauteur de 2,25 m. A noter que l'espace situé sous la baignoire est assimilé au volume 3 s'il est fermé et s'il n'est accessible qu'à l'aide d'une trappe ne pouvant être ouverte qu'avec un outil.
Dans ce volume, aucun appareillage (interrupteur, prise de courant, boîte de connexion) ni système d'éclairage (sauf TBTS : très basse tension de sécurité, sous réserve que le transformateur de séparation soit placé en dehors des volumes 1 et 2) ne sont admis.
Les chauffe-eau à accumulation et instantanés n'y sont admis qu'à condition qu'ils soient de classe I et protégés par des dispositifs différentiels 30 mA en tête d'installation, de plus ils doivent être raccordés au réseau d'eau par des canalisations métalliques fixes. A noter que les chauffe-eau à accumulation doivent être de type horizontal et placés le plus haut possible.
A noter également que dans ce volume, les boites de connexions ne sont admises que pour le raccordement direct des appareils.

Le volume 2 : ce volume se situe du rebord de la baignoire (ou du bac à douche) jusqu'à 0,60 m et sur hauteur de 3 mètres.

Dans ce volume, ne peuvent être installés que des appareils de classe II protégés par un 30 mA en tête de l'installation, des prises de courant avec transformateur de séparation pour le rasoir, des appareils d'éclairage ou des armoires de toilettes avec prise électrique si celle-ci est alimentée par un transformateur de séparation intégré, des appareils d'éclairage en très basse tension (sous réserve que le transformateur de séparation soit placé en dehors des volumes 1 et 2). A noter que tous les appareils d'éclairage doivent être protégés contre les projections d'eau.

Le volume 3 : ce volume commence à partir de la fin du volume 2 jusqu'à 2,40 mètres pour 2,25 mètres de hauteur.
Dans ce volume sont admis, les interrupteurs, les prises de courant 2 pôles + terre (ou avec transformateurs de séparation) et les boites de connexions qui alimentent directement les appareils de chauffage. Tous les appareils qui sont installés dans ce volume doivent être protégés contre les chutes d'eau verticales et être raccordés à la terre sauf s'ils portent le symbole de la double isolation, ou s'ils sont alimentés par un transformateur de séparation.

Enfin, une liaison équipotentielle locale (parlez-en à votre électricien) doit être assurée entre toutes les canalisations métalliques (eau froide, eau chaude, vidange, chauffage, gaz, etc.), les corps des appareils sanitaires lorsqu'ils sont métalliques, les armatures métalliques du sol, les autres éléments conducteurs accessibles, tels que les huisseries métalliques, et tous les conducteurs de protection. Cette liaison équipotentielle locale doit être réalisée dans la salle d'eau, s'il n'est pas possible de relier certains éléments conducteurs à l'intérieur de la salle de bains, cette liaison peut être réalisée dans les locaux contigüs.

Le choix des emplacements

Lors d'une installation, on ne peut négliger la surcharge que constitue la baignoire pleine d'eau : assurez-vous que le sol soit en mesure de supporter un poids important et si un doute subsiste, consultez un architecte, car il est toujours possible de renforcer la zone concernée. Il faut se méfier des portes qui s'ouvrent dans le mauvais sens, des tablettes trop saillantes ou trop longues, des angles de murs trop agressifs.

Partager cet article

Repost 0
Published by sabih
commenter cet article

commentaires