Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 janvier 2009 6 10 /01 /janvier /2009 09:00

La préparation du chantier et la pose

Une fois prise la décision d'utiliser des revêtements souples pour vos sols, comment faut-il s'y prendre ? Du choix du revêtement à la pose en passant par le métrage ou le calepinage, passage en revue des points importants avec des professionnels.

 

Plusieurs solutions s'offrent à vous. Dans un magasin de peinture-décoration, vous pourrez vous faire conseiller sur les types de sols à choisir en fonction de vos critères: trafic, lumière, entretien... puis choisir votre artisan. Ou faire l'inverse. «Souvent je vais d'abord chez les clients et je les emmène ensuite au magasin de mon fournisseur», explique Fabrice Heurtault, artisan à La Rochefoucauld (Charente).

Vient ensuite le métrage du revêtement choisi, en fonction d'un calepinage précis qui, en tenant compte de la largeur du rouleau ou des dalles, déterminera la surface totale du produit à acheter, en évitant les pertes. "Attention à ce que ce calepinage soit fait dans les règles de l'art", prévient Georges Le Berte, chez Delaval, à Courbevoie : "Le sens de pose peut changer complètement la couleur de la moquette, par exemple." Ainsi, le sens du couchant (c'est-à-dire la partie apparente des fibres) doit être face à la porte.
Si vous choisissez une moquette, il faudra aussi décider du type de pose: collée ou tendue sur thibaude. La thibaude est un feutre posé à même le sol sur lequel va venir se placer la moquette préalablement tendue sur des baguettes de bois. Les moquettes tendues ont plus de moelleux (grâce au feutre) et leur durée de vie est nettement prolongée (jusqu'à deux fois plus), car elles ne sont pas en contact direct avec le sol.

Quel que soit votre choix (moquette, sol plastique, linoléum naturel, liège ou fibres végétales), mais en particulier pour le PVC, où le moindre défaut est visible, votre sol devra être préparé, c'est-à-dire rendu propre, lisse et plane. Si le support est un plancher, cette opération - le ragréage - devra se faire avec un enduit de lissage fibré, qui absorbe les mouvement du bois.

 

La pose de linoléum naturel, matériau plus raide, nécessite un coup de main particulier, mais qui reste "à la portée d'un bon professionnel", estime François Bénezet, d'Arboga, distributeur de matériaux écologiques à Carmasac, en Gironde.
La technique ressemble un peu à celle du papier peint: on pose à plat d'un côté, le long d'une plinthe, on étale la colle d'un côté puis on la laisse "tirer" pour qu'elle acquière de l'adhérence, on pose une première moitié puis on écrase bien (marouflage) pour faire adhérer. Puis, on passe à l'autre moitié. Le joint de jonction entre deux lés sera soudé à chaud, idéalement le lendemain mais, étant données les contraintes de chantier, souvent le soir de la pose. Le produit revenant à la mode, les spécialistes du sol devront se former davantage à cette technique.

Les moquettes en fibres végétales, posées sur couche de latex, sont toujours encollées. "Sinon elles gondoleraient", précise-t-on chez Toulemonde Bochart. La technique est la même qu'avec une moquette ordinaire, mais les fibres étant parfois difficiles à couper, elle est un peu plus compliquée et la poser soi-même est déconseillé.

Pour une chambre de 15 m², par exemple, prévoyez une demi-journée pour la dépose, le grattage et le ragréage. La pose devra se faire le lendemain, car le produit de ragréage doit être sec. Pour l'encollage d'une moquette ou d'un sol plastique, comptez deux heures ; pour une moquette posée sur thibaude, une demi-journée.

Partager cet article

Repost 0
Published by sabih
commenter cet article

commentaires